Agfacolor: suite et fin des fouilles

11Août08

2ème épisode: voici, pour en finir (provisoirement?) avec nos recherches de fournitures autour de l’agfacolor, le second volet de nos investigations. Nous avons ainsi pu saisir l’occasion pour fouiller un peu du côté de ces procédés, qui n’avaient pas beaucoup été dépoussiérés, puis de réaliser les manques et besoins des collections (ne manquez pas les appels à contribution à la fin, si vous avez de quoi combler ces lacunes;-)

Petit état des lieux

Le premier Agfacolor est un procédé additif sur plaque de verre, puis sur film, dont l’émulsion noir-blanc est recouverte, comme l’autochrome, d’une trame de grains alternés (Korn-Räste ) de couleur bleu, vert et rouge.

Agfa Farbenplatten

Agfa-Blätter  no 9/2 de 1932

Ce procédé, décrit dans une annonce en page 4 de l’ Agfa-Blätter no 9/2 de 1932, a été testé par le photographe Emil Ganz, en été 1935, dans un parc de sa ville de Zürich, reconnaissable par la couleur du tramway apparaissant en arrière plan d’une de ces images. L’agrandissement fait apparaître une structure de grain comparable à celle de l’autochrome des frères Lumière, mais sans noircissement des interstices. ( plus d’images sur la page flickr)

agfacolor coll. Ganz

agfacolor coll. Ganz

Malheureusement non daté, comme de nombreuses publications de ce genre, un mode d’emploi (pdf disponible*) décrit un développement négatif noir-blanc, suivi d’un blanchiment détruisant la partie noircie de l’image, puis d’une nouvelle exposition à la lumière permettant, par un second développement, de faire apparaître l’image positive résiduelle, toujours en noir et blanc, qui apparaît colorée par l’observation au travers de la trame de grains de couleurs.

Une deuxième annonce parue en septembre 1936 dans la revue Die Leica / Kleinfilm-Foto, établit un distingo entre deux types de films : l’un à trame de grains ( Korn-Räste ) et l’autre à trame de lentilles ( Linsen-Räste ), destiné uniquement à la projection et décrit dans la brochure Leica Farben Photographie (pdf disponible*).

200124 p. 002

L’originalité du procédé est d’utiliser un filtre, constitué de trois bandes de verre teintées en bleu, vert et rouge, placé devant l’objectif, qui projette trois faisceaux colorés sur un réseau de microlentilles placées sur l’émulsion noir-blanche.

14256

L’illustration de la couverture est très éloquente, mais comment retrouver un tel phototype ! Un appel lancé par diverses voies sur internet pourra peut-être nous permettre de localiser une telle image et d’en réaliser des photographies microscopiques … suite au (prochain ?) épisode…

revue « Die Leica / Kleinfilm-Foto », 1936

La restitution colorée est faite par projection au travers d’un filtre « Wiedergabe-Filter foopx » qui, curieusement, ne dispose que de barres de filtres de couleurs rouge et verte, mais pas de bleue… Nous supposons que densité du bleu du filtre de prise de vue était trop forte pour laisser passer suffisamment de lumière projetée… la teinte se reconstituant simplement « pas défaut » dans le faisceau de l’ampoule de projection ?

11517

Ces deux procédés utilisent la synthèse additive des couleurs qui assemble, soit par juxtaposition soit par projection séparée, de la lumière bleue, verte et rouge (dites couleurs primaires) pour reconstituer l’image colorée par mélange de leurs ondes lumineuses.

Agfa produit ensuite un film diapositive basé lui sur la synthèse soustractive qui correspondrait à ceux utilisés par André Zucca durant l’occupation de Paris ( la coloration magenta délavée correspondant à un aspect possible après vieillissement de ce type de film). Pour plus de précision sur les films utilisés par Zucca, voir le commentaire d’André Gunthert sous le précédent billet.

Nos collections n’abritent cependant qu’une cartouche de film 35 mm Agfa Ultra T, de procédé négatif pour tirage positif, encore intact dans son emballage d’origine périmé en 1958.

14271 B

Nous sommes donc à la recherche d’un ou plusieurs films Agfacolor diapositives produits vers 1940, que ce soit en filmpack, en rollfilm ou en cartouche 35 mm.

Merci à André Gunthert et Jean Leplant de nous avoir (involontairement) lancés sur cette piste et aidé à y voir plus clair.

*pour obtenir un pdf: écrivez un mail à l’adresse severine.pache[at]vevey.ch

Publicités


%d blogueurs aiment cette page :