Une nuit dans le bruit des rotatives

25Nov08

CIE49
photos de la visite ici et bientôt d’autres photos moins floues…

Jean-Pierre Mottier, président de l’association des amis du musée et professeur au CEPV, nous a conviés vendredi dernier à une soirée mémorable: la visite nocturne du Cenre d’impression Edipresse à Bussigny (précédée d’un apéritif sympathique et d’un repas dépaysant dans un merveilleux centre espagnol).

C’est à 22h30 que nous sommes entrés dans l’enceinte du centre, l’heure où les contenus des quotidiens parviennent des rédactions par la fibre optique.

Guidés par Monsieur Jean-Pierre Magnin, imprimeur en préretraite, qui a passé une quarantaine d’années dans cette entreprise, nous avons pu assister à tous les stades de l’impression offset des quotidiens romands 24Heures, Le Temps, Le Matin, La Tribune de Genève, Terre et Nature, etc. Aucun détail technique ne nous a échappé et c’est une aventure passionnante que nous avons pu suivre pas à pas, des réserves de papier à la livraison des journaux tout frais. L’imprimeur nous a également fourni des explications très complètes sur deux procédés offset différents utilisés côte à côte dans ces locaux: l’impression par les rotatives « traditionnelles », qui fonctionnent avec la répulsion de l’encre et de l’eau, et une nouvelle rotative (la KBA) qui imprime à sec, avec du silicone. Ces deux méthodes impliquent deux traitements différents des plaques d’impression: respectivement le flashage et le laser. Monsieur Magnin a donné à chaque étape une présentation très détaillée et précise des objets et procédures en question. Nous avons suivi les pas de cet homme passionné dans un dédale de rails, salles, machines. Il nous a permis aussi d’observer chaque geste des différents travailleurs, de comprendre clairement les tâches parfois délicates des imprimeurs, les angoisses occasionnelles des chefs de nuit, le fragile équilibre qui doit être maintenu pour assurer la parution des quotidiens.

Une nuit très riche, terminée par une revue de presse, elle-aussi d’une rare richesse, et en avant-première.

CIE47

Publicités


4 Responses to “Une nuit dans le bruit des rotatives”

  1. 1 miliochka

    Génial ! J’aurai adoré être des vôtres… Je me souviens à ce propos de mon premier stage lorsque j’étais à en école de journalisme. Une semaine dans une locale du quotidien régional français « Le Progrès ». Rien appris, perdu mon temps si ce n’est une visite dans l’imprimerie que possédait encore à l’époque ce groupe de presse. Avec un ouvrier passionné qui m’a fait une visite guidée rien que pour moi, ouaouh ! Je me souviens de la gigantesque salle où étaient entreposées les réserves de papiers (salle appelée la cathédrale), pour faire face aux fluctuations du cours du papier… Je me souviens aussi que c’était l’époque où le personnel en charge du développement, du tirage et de l’intégration des photos argentiques dans les maquettes tiraient la gueule, c’était l’arrivée du numérique, on leur « volait » leur boulot…

  2. 2 sourisdecompactus

    Oui, il faut dire que leur métier a beaucoup changé! M. Magnin nous a expliqué que les réserves de papier actuelles ne fonctionnent plus en termes de stock (ou alors minimal), puisque la production (de Finlande et autres pays) est immédiatement absorbée par le marché. Ils ont aussi un label particulier qui signifie une certaine norme écologique, ce qui amoindrit le nombre des fournisseurs potentiels, et les acheteurs font face à ces fluctuations avec moins de « champ ».
    Quand même, c’est fou le nombre d’employés qui lisent le journal sur leur poste de travail, là-bas…

    J’ai adoré ces odeurs d’imprimerie!

    • 3 magnin jean-pierre

      bonjour je viens de lire votre commentaire. il est vrai que mes anciens collègues donnent l’impression de lire le journal,cependant en fait il contrôlent leur travail, la lecture du journal n’étant pas recommandée pendant la production, il est possible de lire les journaux pendant la pause ou dans des arrêts de machine pour des éditions ou des problèmes techniques dans lesquels les imprimeurs ou autres intervenants ne sont pas impliqués.
      navré de vous contredire.
      meilleures salutations.
      Jean-Pierre Magnin (imprimeur-rotativiste à la retraite et également guide pour les visites du site d’impression des quotidiens d’Edipresse à Bussigny)

      • 4 sourisdecompactus

        Bonjour Monsieur Magnin,

        Ne vous en faites pas, mon commentaire était une plaisanterie et j’accepte votre précision avec grand plaisir. Je me serais fait un peu de souci en voyant qu’ils lisaient inlassablement les mêmes pages. En réalité, ils guettent assidument les changements d’une épreuve à l’autre, si j’ai bien compris. Merci encore pour cette belle visite et meilleurs messages,
        Séverine Pache



%d blogueurs aiment cette page :